Valérie Favre
Self-portrait after Hugo Ball, Cabaret Voltaire, Zurich (1916), 2016. Huile sur toile, 146 × 89 cm. Galerie Peter Kilchmann, Zürich/ Photo U.Walter Self-portrait after Hugo Ball, Cabaret Voltaire, Zurich (1916), 2016. Huile sur toile, 146 × 89 cm. Galerie Peter Kilchmann, Zürich/ Photo U.Walter

 

 

 

Après une jeunesse neuchâteloise, Valérie  Favre  (*1959) a choisi d’être peintre d’abord à Paris, ensuite à Berlin où elle vit depuis 1998. Elle revient dans sa ville le temps d’une grande exposition, la première qu’un musée lui dédie en Suisse romande.

Adepte d’une figuration libre, son travail reflète la force de l’imaginaire de l’artiste, nourri de liens constants et déclarés avec le cinéma, le théâtre, la littérature et l’histoire de l’art. Saltimbanques, créatures imaginaires, fantômes, symboles mystérieux, autoportraits et citations: le spectateur est invité à plonger dans l’espace pictural comme dans un récit qui se joue à l’infini.

Conçue étroitement avec l’artiste, l’exposition présente plusieurs pièces inédites et s’articule autour de séries. Ce voyage au cœur du monde d’une visionnaire est réalisé en collaboration avec les galeries Peter Kilchmann à Zurich et Barbara Thumm à Berlin.

Un ouvrage, publié aux éditions Scheidegger & Spiess, accompagne l’exposition. 

Fermer