Zone de Texte: L’art au creux 
de la main

Présentation
Visite
Ateliers
Presse
Publication

Salle 6   L’essor populaire de la médaille

Au 18e siècle, une conception radicalement nouvelle de la médaille voit le jour. Jusque-là, c’était un objet dont la production émanait essentiellement de l’état ou du moins d’une classe aristocratique qui en contrôlait l’iconographie et en maîtrisait le langage, avec des visées clientélistes Zone de Texte:  
Hans Frei, Exposition des arts et métiers à Bâle, 1901
ou propagandistes. Mais, avec l’engouement du public, des créations d’artistes et d’éditeurs privés font peu à peu éclater ce monopole. Des galeries métalliques comme celle du genevois Dassier représentent les portraits des écrivains et des hommes illustres.

En Suisse, un esprit confédéral souffle dans la première moitié du 19e siècle et les grandes associations patriotiques, sportives ou culturelles font frapper nombre de médailles à l’occasion des rassemblements nationaux. Dès la première moitié du 20e siècle, la médaille devient le moyen d’expression privilégié du tissu associatif qui célèbre alors par ce biais toutes les fêtes et toutes les commémorations. Enfin, les années de prospérité qui suivent la Seconde Guerre mondiale favorisent le goût du public pour la collection et provoquent un essor inégalé de la production.

La croyance dans le progrès s’est estompée et les idéaux liés au seul travail se sont aujourd’hui atténués. Les distractions individuelles ont largement pris le pas sur les loisirs collectifs. Mais la médaille ne peut que s’adapter à cette modification profonde des valeurs dans notre société et, dans un monde où le « star système » est tout puissant, elle ne peut que garder une place de choix, tant par la symbolique très forte de sa remise que par son apport esthétique qui doit toucher le cœur de l’homme.

Salle précédente   1   2   3   4   5   6   7   Salle suivante

Etiquettes des œuvres exposées dans cette salleTextes de cette salle

 imprimer  le guide de l’exposition