vers les salles
1 2 3 4 5 6 7 8 9

retour à la page
d'accueil
de l'exposition

retour à la page
d'accueil
du MAHN

" Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur. "
Alfred de Musset

Big is beautiful - isn't it ?

Qu'on me pardonne, pour commencer, ce titre ronflant. Mais je l'avoue sans détour : je l'ai fait exprès. En effet, il ne se trouve presque plus de jour où je ne reçois de carton de vernissage de musées des beaux-arts en Suisse véhiculant ce qui est en passe de devenir notre nouvelle langue nationale ! Et je ne parle que de l'été 2002 : Another World (Lucerne), Painting on the move (Bâle), House of fiction (St-Gall), Wallflowers (Zurich), Audible silence (Zurich), Art is the better life et Recycling (Genève), Inside the sixties (Lausanne), Stuff it (Zurich) Forty part motet (Ittingen), Crossing (Bienne) , Naked came the stranger (Lichtenstein), Inbetween (Langenthal), Fat es fat (Schaffhouse) et j'en passe. Même le Musée national s'y met avec Remember Swissair et le Centre d'art contemporain FriArt à Fribourg considère que Small is OK, réactualisant ainsi la fameuse formule Small is beautiful qui a servi de point de départ à notre plaisanterie un peu narquoise…

***

Le grand format, dans la création artistique, revêt une signification particulière, dans l'art d'aujourd'hui comme dans celui d'hier. En effet, c'est souvent en grand format que les artistes réalisent les œuvres les plus représentatives et les plus durables car ce sont aussi les créations les plus difficiles à réaliser. Nous croyons à cette caractéristique, même si, à l'heure actuelle, l'éphémère, le jetable sont à la mode. Les temps changent. Et ils changeront encore.

Dès 1989, les premiers contacts avec la collection de peinture me montrèrent que les peintres, de ce qu'il est aujourd'hui légitime d'appeler l'Ecole neuchâteloise, placée sous l'influence de Léopold Robert et de Maximilien de Meuron, avaient fait les choses en grand. Le nombre de très grands formats dans la partie ancienne de notre collection de peinture est étonnant. Et ils avaient offert un grand nombre de ces tableaux monumentaux à notre collection, avant même qu'existe le grand bâtiment du musée actuel. Quoi de plus naturel de poursuivre cette politique. Et plusieurs donateurs allaient m'aider de manière généreuse et régulière, le Fonds Maximilien de Meuron, des institutions publiques, des galeristes, des familles de successions d'artistes et de nombreux artistes vivants.

Le rêve du peintre fut une première occasion : cette manifestation vit quatre artistes neuchâtelois, Carlo Baratelli, Jean-Michel Jaquet, Marieke Kern et Armande Oswald, investir les quatre grandes salles de l'étage pour en décorer les anciennes toiles tendues avant la réfection de ces salles (plus de 1000 m2 de surface !). En archéologues de la modernité, nous avons pris soin de conserver par la suite ces œuvres monumentales sous les nouvelles cimaises. Parallèlement, l'achat d'une grande peinture de Jean-Bloé Niestlé appartenant encore à l'une de ses filles, Colette Niestlé, établie à Berlin, allait déclencher un legs important de sa part quelques années plus tard. Ces deux actions, conjuguant l'ancien et le moderne, allaient devenir le fil rouge de nos acquisitions, avec la volonté affirmée de continuer à construire la collection des arts plastiques de notre musée. Nous allions acquérir - par achat ou par don - des œuvres (de grand format ou non) dans nos propres expositions. Ainsi, nous mettrions en évidence notre conviction que ces expositions, organisées avec un effort scientifique considérable, une publication adéquate (et donc à grands frais), devaient laisser des traces dans la collection. Aujourd'hui, je constate avec plaisir que la majeure partie de ces expositions, individuelles ou collectives, ont permis d'acquérir des grands formats des artistes suivants: André Evrard et Catherine Warmoes (1990), Primula Bosshard et les témoins du Rêve du peintre (1991), Cesare Lucchini, Jean-Michel Jaquet et Ugo Crivelli (1992), Ueli Berger et Marc Jurt (1993), Gianfredo Camesi, Henri Presset et Joël Desbouiges (1994), Christophe Draeger et Hervé Graumann (1995), René Fendt et André Siron (1996), Barbara Ellmerer et Francine Simonin (1997), Daniel Göttin et Gustave Jeanneret (1998), Catherine Aeschlimann, Dominique Lévy et Maurice Frey (1999), Philippe Grosbéty, Hanns Schimansky et Bernhard Luginbühl (2000), Elisabeth Masé et David Ambrosius Huber (2001), Grégoire Müller, Alain Clément et Michael von Graffenried (2002).

Diverses mais moins nombreuses étaient les acquisitions dans d'autres expositions, de notre région ou d'ailleurs : Hans Witschi (1990), Carole Bellenot, Christiane Dubois et Jean Zuber (1991), Aurélie Nemours et Christiane Wyler (1994), Michel Gentil (1996), Olivier Estoppey et Alex Rabus (1997), Uwe Wittwer (1998), Christiane Lovay et Marie-Thérèse Vacossin (1999), Catherine Bolle, Jean-René Moeschler et Wainer Vaccari (2001).

Le monde de l'art ne s'arrête pas aux expositions. Des donateurs généreux peuvent agir en dehors de ces activités tout comme des contacts privilégiés avec des artistes ou des familles lors de successions peuvent également avoir leur conséquences positives. Ces contacts on concerné Jean Bloé Niestlé (1991), Martin Disler (1995), Lermite (1996), Sebastian Muniz (1997), Christian Floquet, Olivier Mosset, Jeanne Lombard et Armande Oswald (2000), Flavio Micheli et Claudio Moser (2001).

Dans plusieurs cas, les premières acquisitions ont débouché sur la constitution de groupes d'œuvres importants. L'exemple le plus évident est la série d'œuvres de Gianfredo Camesi. Les premières acquisitions ont eu lieu en 1994, lors de sa grande exposition au MAHN, et se sont poursuivies de manière régulière depuis.

" Régionalisme et ouverture ", telle était dès sa création en 1816 la devise de notre collection de peinture, et telle est ma conception depuis mon arrivée à Neuchâtel en 1990. J'ajouterai que " région " s'entend aujourd'hui de manière large et " l'ouverture " aux autres se pratique de manière constante.

Je dédie cette exposition à René Fendt, parti trop tôt.

Walter Tschopp
Conservateur des arts plastiques