En reporter averti, Michael von Graffenried pose une regard corrosif et tendre, implacable et sympathique sur sa terre d'origine.

A la très grande différence des reporters "voleurs d'images" qui travaillent au télé-objectif, von Graffenried " rentre " dans la foule dont il révèle les réalités multiples de manière quasi panoramique. C'est sans doute ce choix de s'impliquer, de procéder " de l'intérieur " qui lui permettent de mettre à jour les mécanismes de notre société.

Quelque chose de Cendrars chez ce photographe, dans la sensibilité et le goût du documentaire. Comme les images mentales de l'écrivain, l'objectif de Graffenried s'approche des situations humaines par un rythme de capture rapide, de réception attentive, par la passion des gens, les rencontres de hasard, l'alternance de l'anodin et de l'action.


Son langage critique pointe un quotidien beaucoup moins lisse que les images d'exportation.


Bourlingueur du monde, il distend les frontières serrées de son pays d'origine, et par cela sort du silence, ce silence justement qui nous enferme sur nous-mêmes.

 


chambre des garçons / chambre des filles
animation flash 540 Kb

für unsere deutschsprachigen Besucher ...
     

 

 

 

webmaster