Le beau et le vrai :
un faux débat ?

Les couvertures d’Elisabeth Masé ont la splendeur d’une monumentale œuvre d’art géométrique (le beau).

En même temps, l’intention de l’artiste de vendre ces couvertures pour financer un projet humanitaire renvoie à la question sociale (le vrai).

L’opposition du beau et du vrai ne serait donc qu’une illusion d’intellectuels, transfigurée et " globalisée " ici par l’œuvre d’artiste ?

 

05.jpg (46143 octets)
retour  droite.gif (611 octets)
abandon  bas.gif (423 octets)